G187 - 24/12/10 Les dirigeants du GED ont été reçus au sein de l'Union européenne à Bruxelles.

M. Ali Abdillahi Iftin candidat à l'élection présidentielle rencontre l'Union européenne pour l'informer de la situation au pays et des risques graves au cas où M. Guelleh se maintiendrait au pouvoir, contre la volonté des Djiboutiens

Comme il l'avait annoncé, M. Ali Abdillahi Iftin, candidat à l'élection présidentielle conduit des entretiens avec les différentes instances internationales, en particulier le quai d'Orsay pour les autorités françaises et l'Union européenne.

M. Iftin a d'abord été reçu par des responsables français pour des échanges de vue sur la situation dans notre pays et pour l'alerter sur les risques, au cas où les prochaines élections ne se dérouleraient pas de façon démocratique et légale. Il a insisté sur le fait que M. Guelleh entendait probablement se maintenir au pouvoir, en abusant d'une violation de notre Constitution et en préparant un nouvelle fraude électorale massive.

Ensuite, apres plusieurs échanges de courriers avec le Cabinet de la commissaire Européen, Mme Catherine Ashton, la commission a organisé une rencontre entre la direction génerale au developpement pour l'Afrique et une délégation du Ged, conduite par M. Ali Abdillahi Iftin.

M. Jerremy Lester a reçu M. Iftin, le mercredi 22 décembre, dans les locaux de la commission Européenne. Durant l'entretien qui s'est prolongé il a pris note des problèmes qui se posent à Djibouti et il a confirmé aussi que l'Union européenne suivait de trés près la situation politique, économique, démocratique et son évolution..

M. Iftin a tenu à informer officiellement l'Union européenne des risques de se voir développer une situation explosive dans le pays, dans l'hypothèse où M. Guelleh refuserait de céder son fauteuil à un candidat élu démocratiquement par la population. Les risques étant le développement d'une situation comme en "Côte d'Ivoire" ou "en Somalie", qui ruinerait définitivement l'économie du pays et la cohésion sociale.

M. Iftin a demandé à l'Union européenne comme il l'avait demandé à la France d'assurer sa sécurité en tant que candidat. Il a exprimé le souhait, qui est partagé par l'ensemble de la population, de déléguer des observateurs issus des pays de l'Union, pour qu'ils empêchent la fraude électorale qui se préparent. Il a ajouté que tous les Djiboutiens seraient à leurs côtés pour faciliter leur mission.

M. Iftin a a fait un bilan des détournements des aides européennes dans tous les domaines et du fait que les subventions ne parvenaient jamais aux destinataires, mais étaient interceptées par le Président, sa famille et les hauts dirigeants proches du régime. Il a recommandé que des mesures soient prises pour empêcher de tels détournements et pour faire comprendre au régime actuel, qu'il ne peut plus se permettre de ruiner le pays et d'asservir sa population en bafouant les droits de l'homme, les droits syndicaux, les droits des enfants et la justice.

Il lui a été répondu que l'Union européenne élaborait actuellement plusieurs propositions qui seraient soumises aux dirigeants de l'Union européenne. Ces propositions ayant pour objectif de maintenir la cohésion dans la République de Djibouti et d'imposer le respect des règles démocratiques.

En conclusion, MI Iftin a tenu à prévenir du danger imminent d'une explosion populaire incontrolable, soit avant, soit après les élections d'avril 2011, si IOG parvient à se maintenir à la Présidence en ayant recours à la force et à la fraude.

La rencontre s'est achevée sur le constat d'une vision partagée et sur le maintien du dialogue dans les prochains mois.