En dépit des lois et de toutes les recommandations internationales, notamment sur la liberté d'expression et l'accés libre à Internet, seules la Police politique et les hautes autorités djiboutiennes peuvent se connecter sur notre site dans le "pays des braves".


De quelle bravoure peut ainsi se réclamer le Gouvernement d'Ismaïl Omar Guelleh ?



 


G 170 - 18/06/09

Communiqué du Gouvernement en Exil de Djibouti


Bruxelles, le mercredi 17 juin 2009

 

 

COMMUNIQUE POUR APPELER LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE A FAIRE PRESSION SUR LE Gouvernement djiboutien,
afin de faire cesser les arrrestations arbitraires, les incarcérations et toutes les violations des Droits de l'Homme



Le Gouvernement en Exil de Djibouti (GED) est très préoccupé par les décisions arbitraires et sans motifs rééls ni sérieux de citoyens djiboutiens, qui se multiplient et qui montrent à l'évidence une nouvelle radicalisation du régime dictatorial de M. Guelleh.

- Le GED exige la libération immédiate de Mme Nima Djama Miguil, artiste de renommée internationale et des trois étudiants détenus depuis mois à Gabode à la suite des manifestations qui ont eu lieu, il y a plusieurs semaines.

Le GED lance un appel urgent à la communauté internationale et en particulier à l'UE et aux Etats membres, afin qu'ils fassent pression sur le régime djiboutien en lui imposant de respecter les Droits de l'Homme, les Droits syndicaux et tous les Droits des citoyens dans le cadre de la Loi et des différentes conventions internationales ratifiées par Djibouti.

Il faut faire cesser la violence gouvernementale à l'encontre des populations civiles et que les Droits des citoyens soient reconnus et garantis dans un Etat de droit et dans le respect de la démocratie.

 

 

 

ar