G 149 - 19/01/09

Communiqué de Presse.

- Les familles et les amis de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et du 13 ème Régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze sont en deuil.

 


 

Disparaître en exerçant notre métier et nos choix de vie avec honneur et dignité c’est détruire la mort. S’effacer en tremblant c’est payer – sans cesse et servilement à la mort - le tribut de la lâcheté.

Aujourd’hui, les familles des défunts, leurs amis, les compagnons d’armes de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et du 13 ème régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze, tous les militaires des Armées françaises sont en deuil alors que le bilan publié ce jour frappe et bouscule au plus profond notre âme en faisant état de sept compagnons et d’un disparu dans l’accident aérien qui s’est produit le samedi 17 janvier 2009 au large des côtes du Gabon.

Sur les dix militaires qui se trouvaient à bord de l’hélicoptère Cougar de l’ALAT, six d’entre eux appartenaient au 13 ème Régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze en Moselle. Cinq comptent au nombre des victimes alors qu’un seul est sorti indemne de cet accident.
Ces hommes faisaient partie d’une unité d’élite de l’Armée de Terre, les « commandos des forces spéciales ».

Les autres militaires français appartenaient au Détachement de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DETALAT) basé à Libreville. Parmi eux, figurent les deux compagnons décédés auxquels s’ajoutent un blessé et le militaire disparu.


Au-delà des missions d’intervention strictement d’ordre militaire - confiées aux Forces françaises engagées sur les divers théâtres d’opérations dans le monde en faveur du maintien de la paix – nous sommes d’autant plus touchés par les conséquences dramatiques de cet accident aérien que nous pouvons pleinement mesurer ce que sont les responsabilités et le travail déterminant - sur le plan humanitaire et de sauvetage - effectué par chaque équipage et chaque personnel du Détachement de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (DETALAT) de Djibouti.


En ces circonstances dramatiques ;

- au nom des Djiboutiennes et des Djiboutiens,

- au nom des membres du Gouvernement en Exil et de ses Commissions, des hommes et des femmes du Mouvement Djiboutien de Libération Nationale,

nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles de nos compagnons - militaires français - décédés dans ce malencontreux accident et les assurons de notre soutien moral.



Fait à Londres le lundi 19 janvier 2009

- M Mahamoud Idriss Ahmed
Président du Gouvernement
en Exil de Djibouti

- M Ali Abdillahi Iftin
commandant le Mouvement
Djiboutien de Libération Nationale